Prix jeunesse «Raconte-moi l’Histoire»

Les lauréats du Prix jeunesse "Raconte-moi l'Histoire" 2017-2018

Journée finale du Prix Jeunesse Raconte-moi l'Histoire 2017/2018 organisé par le Centre Mondial de la Paix avec le soutien de la Fondation d'entreprise La France Mutualiste et de l'Association des Amis du Centre.

Au programme, des ateliers et rencontres pour compléter le travail d'écriture mené toute l'année scolaire par les collégiens et lycéens invités à imaginer et rédiger la suite des ouvrages de Julia BILLET.

Félicitations à Polo BONHOMME du Lycée Jeanne d'Arc de Nancy, 1er Prix, Léa RADI et Suzon THIRIET du Lycée Jeanne d'Arc de Nancy, ex-aequo, tous récompensés par une liseuse ; mention spéciale aux élèves du Lycée Margueritte de Verdun.

Texte de Polo BONHOMME
Texte de Léa RADI
Texte de Suzon THIRIET

Remise du 11e Prix Jeunesse Raconte-moi l'histoire à Julia BILLET par Lyne ROUSSEAU, Trésorière du Centre Mondial de la Paix. Merci à tous ceux qui ont œuvré dans les coulisses de l'organisation et du jury.

Retrouvez "La Guerre de Catherine" et "La trouille" dans la boutique du Centre Mondial de la Paix. Leur lecture vous confirmera la qualité de ces ouvrages également primés par le Prix Artemisia de la fiction historique 2018, le Prix Fauve Jeunesse 2018 à Angoulème ...

Présentation

Après 13 éditions, le Prix jeunesse du livre d’histoire se réinvente en 2017/2018 : 1 auteur, 2 livres et de multiples activités pour renforcer le dialogue et l’implication des jeunes lecteurs. Les deux ouvrages de l’auteur Julia Billet

LA GUERRE DE CATHERINE : bande dessinée qui retrace le parcours d’une jeune fille juive pendant la Deuxième guerre mondiale. Catherine, passionnée de photographie, vit cachée par plusieurs organismes dont La Maison des Enfants de Sèvres, qui pratique une pédagogique innovante visant à l’épanouissement des enfants malgré la guerre.

LA TROUILLE : court roman sur les difficultés de la réinsertion des anciens détenus, vues à travers une expérience originale : une marche de plusieurs jours en haute montagne pour vaincre la peur du retour à la vie normale.
Des activités variées autour de ces deux livres

– une version de La guerre de Catherine en réalité augmentée, afin de fournir aux élèves les connaissances historique et artistique (photo) nécessaires à la compréhension de la BD. Disponible fin janvier

– une rencontre mardi 5 juin 2018 avec Julia Billet au Centre Mondial de la Paix de Verdun

– ce même jour :
o un atelier sur la photographie argentique
o une table ronde avec des acteurs de la réinsertion
o une exposition/rencontre/atelier avec l’illustratrice Claire Fauvel
o un atelier cinéma autour d’extraits du film de Louis Malle Au revoir les enfants
o un atelier « Lire et écrire » en partenariat avec Canopé et la Bibliothèque d’Etude de Verdun
o une rencontre avec un ancien élève de l’Ecole des Enfants de Sèvres

– deux concours d’écriture :
o pour les collégiens : écrire le journal de Catherine et reconstituer ses photos
o pour les lycéens : écrire la suite de La Trouille, le récit du retour du narrateur à la vie normale

– un blog permettant aux élèves de dialoguer avec Julia Billet

Ce prix dédié à la littérature jeunesse est organisé par le service éducatif du CMP, soutenu par l’association des amis du Centre Mondial de la Paix et notre partenaire la Fondation d’entreprise La France Mutualiste.

Dédicace de Julia Billet

Bonjour à vous tou.s.tes et à chacun.e de vous,

Je suis très touchée à l'idée que vous allez lire mes livres. C'est toujours beau de s'imaginer que des lectrices, des lecteurs vont s'emparer d'un texte sur lequel j'ai travaillé durant des mois, tourner les pages d'un livre que j'ai écrit, se glisser dans la peau de personnages que j'ai choyés.

Je suis aussi très émue que ces lectures se fassent dans le cadre d'un projet mené par le Centre mondial de la paix, des libertés et des droits de l'homme. Paix, liberté, droits de l'homme, ce sont des mots qui donnent du sens à ma vie, des mots qui nous grandissent tous quand nous tentons de les faire vivre dans nos quotidiens. Ils résonnent très fort en moi, j'espère qu'en vous aussi.

Alors me voilà avec vous, pour quelques mois, jusqu'au moment où je pourrai rencontrer certains d'entre vous. Me voilà prête aussi à correspondre sur ce blog avec ceux qui en ressentiront l'envie.

Vous allez découvrir La trouille, un roman qui vient évoquer la peur d'un jeune homme qui après plusieurs longs mois de prison, va recouvrer la liberté. Étrange d'avoir peur, pensez-vous? Et bien non, sachez que si l'enfermement en cellule, dans un lieu fermé est une expérience terrible, il n'en rend pas moins la liberté difficile. Retrouver un monde ouvert, les grands espaces, ceux qui ont continué leur vie, la honte qu'on a pu faire porter à ses proches ... tout cela fiche la trouille. Je le sais, parce que j'ai animé beaucoup d'ateliers d'écriture en prison, et que j'ai à cette occasion rencontré des gens chouettes, parfois merveilleux, parfois pas sympas, parfois en colère. J'y ai rencontré des gens comme partout ailleurs. Et certains qui avaient cette trouille à l'idée du dehors. Mon jeune héros va vivre une expérience un peu particulière qui va lui redonner confiance en lui, en les autres aussi. Mais je n'en dirai pas plus...

Vous aurez aussi entre les mains La guerre de Catherine, une BD dessinée par une jeune artiste de talent, Claire Fauvel. Elle a adapté un de mes romans du même nom, avec beaucoup de grâce, et je lui en suis reconnaissante. L'héroïne, Catherine, en fait, ne s'appelle pas Catherine: elle a dû changer de prénom et de nom à cause de la guerre. Elle va aller de lieux en lieux, pour échapper à ceux qui veulent voir disparaître tous les juifs et elle va faire des rencontres surprenantes, le plus souvent émouvantes. Elle va traverser la guerre avec un appareil photo qui ne la quittera jamais et reviendra d'où elle est partie: une école très particulière où on apprend comme nulle part ailleurs... Cette histoire là m'a été inspiré de ce que ma maman (elle a aujourd'hui 86 ans) a vécu pendant la deuxième guerre mondiale, alors qu'elle était une enfant.

Mais là encore, je ne veux pas trop vous en dire, pour ne pas gâcher votre lecture.

J'espère que vous prendrez du plaisir à parcourir ces deux histoires; que vous voyagerez un bout de chemin avec ces personnages nés de mes mots; que vous serez compagnons quelques heures, ou même plus longtemps.

J'espère qu'ils vous feront penser à la paix, aux droits de l'homme, à la liberté. Peut-être même vous feront-ils réfléchir à ces hommes et femmes qui, aujourd’hui, au jour le jour, s'engagent au quotidien parce qu'ils trouvent que l'injustice ou l'inhumanité ne devraient pas avoir de place dans nos pays. J'ai hâte de vous lire, de vous rencontrer !

Bien à vous
Julia Billet

La Guerre de Catherine

La Guerre de Catherine Claire Fauvel et Julia Billet, Editions Rue de Sévres, 2017

Une interprétation en images, vibrante et pleine d'empathie, du roman de Julia Billet.

1941. Rachel étudie à l’internat de la maison de Sèvres, où ses parents l’ont placée par sécurité. Elle y noue de belles amitiés mais y découvre surtout sa passion, la photographie. Bientôt, les lois contre les Juifs s’intensifient, il n’y a plus de sécurité nulle part en zone occupée. Un réseau de résistants organise la fuite des enfants juifs. Du jour au lendemain, ils quittent tout et doivent oublier, le temps de la guerre, tout de leur vie d’avant, à commencer par leurs prénoms. Rachel devient Catherine. Raconte, lui intiment ses professeurs en l’envoyant sur les routes de la zone libre, un appareil photo à la main. C’est ainsi que nous découvrons le quotidien d’une adolescente juive dans la guerre, ses rencontres, ses peurs mais aussi les quelques moments de répit et de grâce que lui offrira son art.

La trouille

La trouille Julia Billet, Editions Le Calicot, 2017

J'ai la trouille. Impossible de dire de quoi. Rien de raisonnable, de raisonné. J'ai peur. Comme si dehors, je n'allais pas retrouver mon corps, ma place. Comme si j'avais oublié les grands espaces, l'horizon et aussi de marcher en ligne droite. En moins d'un an, j'ai appris à avoir besoin de cette cage. Une perruche, je suis devenue une perruche qui regarde au travers des barreaux en espérant sortir et voir le monde sans ces rayures ; quand on lui ouvre la porte, elle s'enfonce tout au fond de sa cage, terrorisée par le vide que provoque cette porte grande ouverte.